Lorient-LRU

Forum du comité de mobilisation lorientais contre la loi LRU.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Et les profs, qu'en pensent-ils ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Colas

avatar

Nombre de messages : 43
Fillière : SSI CGSEIP
Pour ou contre la LRU : Contre !
Date d'inscription : 09/11/2007

MessageSujet: Et les profs, qu'en pensent-ils ?   Mar 27 Nov - 1:59

Tolbiac et alentours: la nausée et après?

Je crois qu'il faut raconter ce que certains d'entre nous ont vu à pmf, ce matin.
Raconter la mise en place minutieuse des conditions ad hoc pour que cela finisse mal.
Raconter les grilles, qui ouvrent à 8h30 au lieu de 8h et la foule
(étudiants, profs) qui attend, s'exaspère, a froid, bavarde et s'impatiente.
Le contrôle des cartes initial qui sera bientôt suspenu (à ma question, un
vigile au demeurant gentil m'a répondu que lui aussi trouvait cela absurde, mais que les consignes de laisser rentrer tout le monde venaient de l'administration elle-même).
Raconter la bousculade, trois étudiants emmenés parce que blesses (à l'arcade sourcilière, à la lèvre, au poignet) - il y en avait peut-être d'autres, je ne raconte que ce que j'ai vu. Raconter la double file - vigiles, étudiants bloqueurs: qui protège qui ou quoi? - qui barre l'accès aux ascenseurs, la tension qui monte, les mains qui volent, les rares qui s'interposent et qui se prenent des claques.
Raconter les hordes d'étudiants hilares et surexcités qui, dans une sorte de jeu de rôle grandeur nature, hurlent "par ici, par ici" et courent d''un côté à l'autre de pmf pour trouver une voie de passage et déjouer le blocage; qui poussent, qui foncent dans le tas, piaillent, frappent, rigolent comme des mômes qu'on aurait poussés et "chauffés" si longtemps qu'ils se sentent légitimes et font n'importe quoi sous l'oeil placide (et absolument immobile) des adultes. Les adultes: nous, l'administration, les vigiles...
Raconter l'escalier de secours demeuré étrangement ouvert alors que tout était archi-controlé (c'était même le motif officiel de l'ouverture tardive de pmf: une porte cassée et dangereuse), et dans lequel s'engouffrent à plusieurs reprises des dizaines d'anti-bloqueurs, avant d'en ressortir et de refluer vers les amphis. Raconter les visages qui ne sont visiblement pas de pmf et qui instiguent au clash physyque avec les bloqueurs, encouragent les >troupes et organisent l'offensive.
Raconter aussi comment on finit par se retrouver à deux ou à trois, à parloter avec les bloqueurs pour essayer de raisonner ensemble et de sortir de l'impasse (celle du blocage) - pour éviter le pire, pour tenter autre chose qu'un pur rapport de force. Dire avec quelle attention (et quelle demande) ils écoutent et pensent à voix haute, conscients qu'ils sont d'être à bout et de devoir chercher une porte de sortie politique, "par le haut". Et se souvenir de tous ces collègues qui appelaient à une présence massive face aux étudiants pour tenter la voie du dialogue, mercredi dernier, lors de la réunion du Panthéon - et qui ce matin, une fois encore, n'y étaient pas. Plus facile de manier le bâton que l'intelligence, la menace que la discussion, la répression que la politique.
Raconter ce que l'on éprouve quand, ayant dit à un collègue qu'on a tenté de discuter avec les étudiants des piquets, que ça marche même si c'est un bricolage improvisé, et que c'est par là qu'il faut passer pour retrouver la normalité à pmf, ce même collègue vous rétorque que parler avec les bloqueurs, c'est parler avec des jeunes fascistes.
Raconter l'infinie tristesse de cette abdication du coeur et de la raison, cette nausée qui prend, comme enseignant et comme adulte, comme citoyen et comme parent, à entendre cela. Raconter l'intervention prévisible de la police sur le coup de midi.
Raconter l'AG de la Sorbonne, à 12h, et encore, toujours, cette impression que les étudiants sont en demande totale d'autres parcours de lutte, d'autres espaces de discussion, mais qu'ils ne savent plus quoi faire.
Ils ont 20 ans. La plupart ont reçu leur baptême politique lors du mouvement anti-CPE. Ils y ont appris l'espoir, et la joie d'être ensemble et de se battre. Ils savent aussi qu'à ce jeu là, il arrive qu'on gagne. Ils y croient. Et voilà qu'on durcit le ton, qu'on les enferre, qu'ils s'épuisent à défendre l'indéfendable (le blocage), qu'ils y passent leur temps, qu'ils cessent progressivement de faire quoi que ce soit d'autre (lutter, réflechir, agir, se concerter, décider), c'est-à-dire en réalité qu'ils arrêtent de faire de la politique. Et voilà quils sont pris au piège.
Nous, enseignants opposés à la LRU, nous avons parfois reconnu en eux ce que nous étions il y a 20 ans: même maladresse, même entêtement, même inexpérience. Mais nous savons aussi ce que nous leur devons - un conflit qui, sans eux, n'aurait pas obtenu la même visibilité, un conflit qui est aussi notre conflit - parce que nous leur devons d'avoir tenté d'agir au nom d'une indignation qui est aussi la nôtre. Alors aidons-les.
La manipulation de l'université a consisté jusqu'à présent à faire disparaître la LRU sous des arguments d'ordre publique et de légalité. Nous qui sommes opposés au blocage (non pas au nom d'une quelconque morale, mais au nom de la démocratie et du partage des savoirs, du droit à apprendre et de la joie d'enseigner), nous qui sommes également farouchement opposés à cette loi, aidons les étudiants en lutte à trouver un autre terrain d'expression, un autre rapport de force, une autre visibilité que celle du blocage. Participons aux AG, parlons, discutons, reprenons pied sur ce terrain politique infiniment plus large que la triple cage d'escalier en béton d'une université parisienne. Réflechissons à voix haute avec eux, pour eux, pour nous.
D'autres expériences en Europe peuvent nous suggérer des pistes. En Italie, où le mouvement étudiant, historiquement très fort, a repris depuis une quinzaine d'années (et où la loi sur l'autonomie est passée au début des années 2000, provoquant un démantèlement progressif de l'accès aux savoirs), les étudiants ont obtenu dans la plupart des grandes universités - et de manière stable- des amphis ou des salles autogérées, et un certain nombre d'heures de co-gestion didactique des heures de cours (la co-gestion portant sur les contenus, le choix d'une partie des programmes etc). Cela n'empêche pas les cours de se tenir normalement dans la majorité des cas, mais cela inscrit dans les maquettes une activité de réflexion critique sur la politique des savoirs et sur la gestion de l'université, sur les programmes et sur les évaluations. Les résultats (universitaires, politiques) en sont étonnants. C'est une possibilité parmi tant d'autres.
Racontons la tristesse, devant les grilles, de pmf, ce matin. Mais racontons aussi que nous savons encore penser et imaginer. Il est temps de s'atteler à cet autre récit, pour qu'il devienne vrai.

Judith Revel, MCF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colas

avatar

Nombre de messages : 43
Fillière : SSI CGSEIP
Pour ou contre la LRU : Contre !
Date d'inscription : 09/11/2007

MessageSujet: Re: Et les profs, qu'en pensent-ils ?   Ven 30 Nov - 14:37

Lettre flash du SNESUP-FSU (principal syndicat de l'enseignement supérieur) :

FAIRE ENTENDRE LA PAROLE DES UNIVERSITAIRES !
Pour le développement, le rayonnement et l’efficacité scientifique et sociale des universités, les mouvements contre
la loi LRU et le budget 2008 marquent des points et se consolident.
Le SNESUP a, depuis juin, alerté les personnels, sensibilisé les démocrates et l’opinion sur les dangers
scientifiques, pédagogiques, démocratiques des choix gouvernementaux en matière universitaire. D’autres choix
sont nécessaires et possibles pour un grand service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Le SNESUP dénonce le rôle du bureau de la CPU qui fait jouer à la CPU le rôle de courroie de transmission du
ministère et qui se prétend représentatif de la communauté universitaire. Il affirme le rôle irremplaçable des
organisations syndicales représentatives des enseignants-chercheurs et enseignants et des instances élues comme le
CNESER.
Face aux mobilisations, en particulier étudiantes, les difficultés du gouvernement à faire accepter cette loi LRU
sont réelles. Les annonces fallacieuses sur la dépense moyenne par étudiant à l’horizon 2012 sans qu’aucun
recrutement de titulaire soit envisagé illustrent aussi la nocivité d’une politique qui remet en cause l’ensemble des
services publics.
Le SNESUP appelle tous les acteurs du supérieur et les démocrates à
- organiser des temps forts de mobilisation : assemblées générales, « facs ouvertes », grèves*, en particulier
le 6 décembre, manifestations dans les villes universitaires et manifestation nationale à Paris ;
* le SNESUP a déposé un préavis de grève pour les 4, 5 et 6 décembre.
- rendre possible, en liaison avec les étudiants de plus en plus engagés dans la contestation légitime de la loi,
la validation du semestre universitaire ;
- amplifier la diffusion d’explications sur la loi LRU et de propositions autour des enjeux scientifiques et
sociétaux du supérieur, en participant, en particulier, à toutes les formes d’expression collective ;
- contester dans toutes les instances les logiques inscrites dans la loi LRU.
Le SNESUP, qui inscrit ses actions dans l’exigence d’abrogation de la loi LRU, appelle à l’organisation concertée
dans toutes les universités d’une véritable consultation démocratique sur l’avenir du supérieur et sur la loi LRU,
préalable à un « Grenelle du supérieur et de la recherche » qui en tirerait toutes les conséquences.
Votée à l’Unanimité par la Commission Administrative Nationale
Réunie à Paris, le 29 novembre 2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Et les profs, qu'en pensent-ils ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rentrée des profs stagiaires : affectations, préoccupations.
» Il manque des profs...
» Infos profs?
» Enfants de profs...
» Petites phrases de nos chers profs/chargés de TD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lorient-LRU :: Mobilisation hors-Lorient-
Sauter vers: