Lorient-LRU

Forum du comité de mobilisation lorientais contre la loi LRU.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Comité J
Invité



MessageSujet: Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)   Mar 25 Déc - 11:15

Le Comité Justice pour Yann et Pierre et la Coordination des Groupes Anarchistes lancent à l'adresse des organisations, des personnalités et des individus, une pétition nationale de soutien à Yann et Pierre, militants à la CGA et à Sud-étudiant Perpignan, pour réclamer l'annulation de leur contrôle judiciaire et l'arrêt de la procédure à leur encontre. Nous vous demandons de faire circuler cette pétition et de nous contacter pour la signer.

Pétition à télécharger sur le site de la CGA

Par ailleurs, une souscription pour couvrir les frais de justice est ouverte à l'ordre du CES (mention au dos du chèque "solidarité avec Yann et Pierre")
BOITE POSTALE (souscription et retour des pétitions) : C.E.S. - BP 233 - 66002 Perpignan cedex.
Cette souscription sera gérée par le comité "Justice pour Yann et Pierre".
comite_justice@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Comité J
Invité



MessageSujet: Re: Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)   Mar 25 Déc - 11:17

Poursuites judiciaires démesurées contre deux étudiants

Université de Perpignan : Communiqué du 20.12.2007

La relation pédagogique est fondée sur le respect mutuel et réciproque de l’ensemble des membres de la communauté universitaire. Si nous ne pouvons pas approuver les menaces proférées et inscrites sur le mur, nous condamnons la démarche qui a poussé certains de nos collègues à porter plainte nominativement contre deux étudiants. L’arrestation à domicile, la mise en garde à vue et la perquisition sont des mesures violentes et disproportionnées au regard des faits qui semblent leur être imputés. Ces deux étudiants sont identifiés comme des responsables syndicaux, particulièrement visibles dans le mouvement, ce qui nous rend très inquiets des risques de criminalisation de la contestation étudiante

L’Université doit rester un lieu d’expression et de liberté d’opinion et nous nous insurgeons contre ces atteintes à nos libertés. C’est pourquoi nous demandons le retrait des plaintes.

21 personnels de l’Université de Perpignan, premiers signataires :

Jacqueline AMIEL-DONAT, Professeur Droit privé ; Pascale AMIOT, Mcf Anglais ; Sophie AVARGUEZ, Ater Sociologie ; Corentin BARBU, Chargé de TD ; Patrick BARTHE, Technicien ; Hervé BLANCHARD, Mcf Economie ; Ahmed BEN NAOUM, Professeur Sociologie ; Marie CHARTIER, vacataire Sociologie ; Joëlle CORDESSE, Chargée de TD ; Alain GIRARD, Mcf Sociologie ; Marie GRAU, Bibliothécaire IFCT ; Aude HARLÉ, Ater Sociologie ; Rachid ID YASSINE, vacataire Sociologie ; Philippe LANGLOIS, Professeur informatique ; Eliane LE DANTEC, Mcf sociologie ; Marie-Anne LEFEVRE, Mcf Géographie ; Suzanne MARTZLUFF, Documentaliste SCUIO ; Elsa MATZNER, Mcf Anglais ; Jean-Louis OLIVE, Mcf Sociologie-Ethnologie ; Bernard SCHEOU, Mcf STHI ; Nathalie SOLOMON, Mcf Lettres.

16 autres pétitionnaires au 21 décembre 2007 :

Pierre-Luc ABRAMSON, Professeur émérite études hispaniques ; Laurence AUBRY, Mcf stylistique ; Cristina BADOSA, Pr Catalan ; Robert BARNOYER, Mcf Economie ; Dominique BERNARDO, Mcf Sociolinguistique ; Martine BERTHELOT, Mcf Catalan ; Mireille BILGER, Professeur Linguistique ; Eliane BRELY, bibliothécaire adjointe site Percier ; Marie C. EL JAI SIMON, Mcf Génie informatique ; Yves GILBERT, Mcf Sociologie ; Martine GRISENTI, Mcf Mécanique IUT Perpignan ; Jean JACOB ; Brigitte JOURDAIN, Infirmière ; Isabelle PIEROPAN, attachée d’administration ; Hélène PINEL, secrétaire ; Claudine VIVES, secrétaire.

61 Etudiants et autres personnels Hôtel de Police, le 20 décembre 2007, 18 h :

Mickaël ACQUITTER, étudiant ; Maria AGRELO, étudiante ; Alexandra ALAZET, étudiante ; Ingrid AMPOSTA, étudiante ; Caroline ARMANDICO, étudiante ; Tanguy AUBÉ, étudiant ; Delphine AZNAR, étudiante ; Bérangère BACHELLE, étudiante ; Esteban BALLESTER, maçon retraité ; Claude BÉGUÉ, psychologue ; Sandrine BERTRAN, étudiante ; Thomas BONIS, étudiant ; Martine BOURY, formatrice ; Marie-Hélène BOUSQUET, auxiliaire puéricultrice ; Alexandra BRAVO, étudiante ; Robert BRAVO, étudiant ; Sylvie BRAZES, adjointe administrative ; Véronique BUSSON, enseignante ; Christiane CHATARD, adjointe au maire ; Sebastian CHONG, étudiant ; Alexy CONTRERAS, étudiant ; Yannick DEPRAUW, musicien engagé ; Marion DROT, étudiante ; Julie FABREGUE, étudiante ; Asunción FERNÀNDEZ, étudiante ; Sarah FICKEN, étudiante ; Montserrat FURTOS, retraitée ; Lysiane GARCIA, étudiante ; Fanny GAUTHIER, étudiante ; Amapola GRACIA, factrice ; Olivier GUIBERT, étudiant ; Sabine HARLÉ, étudiante ; Francine KUENEMANN, sans fonction ; Nina LAAS, étudiante ; Rebecca LEGER, étudiante ; Marie-France LESPARRE, LCR ; Elise LOPEZ-SIMIER, étudiante ; Vanessa LORENZINI, étudiante ; Jugurtha MEGDOUD, étudiant élu CEVU ; Pierrette MELIEU, secrétaire médicale ; Chloé MONROIG, étudiante ; François NAVARRETE, prothésiste dentaire ; José OLIETE, plâtrier ; Franck Thierry PAREDES, étudiant enragé ; Claire PLASMAN, étameuse ; Emmeline RANOUIL, étudiante ; Benjamin RESSEGUIER, étudiant ; Fabien RIMBAUD, musicien ; Cyrillia ROIG, étudiante ; Julia ROURE, étudiante ; Blandine SALIES, étudiante ; Morgane SORMANT, étudiante ; Mathieu TASTET, étudiant ; Nicolas TERUEL, étudiant ; Isabel TULUMELLO, étudiante ; Benoît VALLOT, étudiant ; Morgane VAUTHIER, étudiante ; Lauriane WEINLAND, étudiante ; Maud YVON, étudiante ; Leïla ZAZOULI, étudiante.

98 signataires

Premières adhésions nationales :

Marie-Alix DEFRANCE, adhérente à SLR ; Danièle GHESQUIER-POURCIN, chercheur en épistémologie, SLR ; Michel LAVAUD, Economie ; Jean-Louis LELEU, Professeur et DU, Université de Nice ; Ilda MENDES, MCF, Paris 3 ; Magali SOULATGES, Mcf Littérature XVIIIe Avignon…

Plus de 100 signatures au 23.12.2007 (et ce n’est pas fini…)

Communiqué du 21.12.2007

Afin que les choses soient bien claires, je remets en ligne la synthèse qui suit (dans l’attente d’un rapport plus détaillé)

INFOS TGI PERPIGNAN CE VENDREDI 21.12.2007

Aujourd’hui transférés de l’hôtel de police au palais de justice en fourgon cellulaire, menottés et enchaînés l’un à l’autre, Yann Dubois et Pierre Abet ont connu deux nuits blanches en garde-à-vue puis été confrontés à deux des trois plaignants convoqués (le troisième s’étant fait excuser pour "dépression").

Les seules charges retenues sont "outrage et menaces aggravées" (et non plus menaces de mort : quand on ne sait pas, on évite d’écrire n’importe quoi et de préjuger avant les juges). Les charges de vol et de dégradation sont abandonnées, mais cela dit l’enquête continue...

Après une longue attente, et avant d’être relâchés, ils se sont vus signifier une mise en examen avec contrôle judiciaire très strict : entre autres une interdiction absolue de s’approcher de l’université et de quitter le territoire du département. Leurs ordinateurs personnels sont saisis et mis sous scellés. Est-ce assez "ferme", selon la lexicologie utilisée par l’un de nos chers collègues ?

A suivre...

Jean-Louis Olive
Revenir en haut Aller en bas
Comité J
Invité



MessageSujet: Re: Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)   Mar 25 Déc - 11:17

Communiqué de presse de la CGA

Mercredi 19 décembre au petit matin Yann et Pierre, militants à la Coordination des Groupes Anarchistes et à Sud Étudiant ont été arrêtés à leur domicile. La police a procédé à une perquisition de leur domicile et à la saisie des ordinateurs. A l'origine de cette opération juridico-policière, des plaintes contre X pour "vols, dégradations et menaces de mort", déposées par les instances de l'Université et par quelques enseignants.
Comme dans de nombreuses villes de France, les étudiants ont subi une répression sévère allant des évacuations policières musclées en passant par des fermetures administratives et dans de nombreuses facs par des plaintes et des conseils de disciplines. Nos deux camarades, tous deux porte-paroles lors du mouvement étudiant à Perpignan, font les frais de la volonté du pouvoir de discréditer et criminaliser partout la lutte contre la LRU qui agite les universités depuis le mois d'octobre.

A l'issue d'une garde à vue de 48h, aucune des charges initiales n'a été retenu contre eux. Des plaintes nominatives d'insultes ont été déposées par des enseignants à l'encontre de Pierre et Yann. Uniquement à partir de ces accusations, Yann et Pierre sont placés sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le département, de se rencontrer et de se rendre à l'Université. Ceci alors qu'il y a présomption d'innocence.
Nous dénonçons ces pratiques qui font encore monter d'un cran la répression sur les mouvements étudiants. Nous dénonçons ces mesures d'acharnement qui ont pour but de faire rentrer dans le rang le mouvement étudiant, et qui ont pour effet d'interdire à nos camarades d'aller à la fac et donc de poursuivre leurs études. Nous réclamons l'annulation du contrôle judiciaire infondé auquel ils sont soumis et dénonçons par avance toute tentation de monter artificiellement des poursuites contre eux.

Nous appelons l'ensemble des acteurs des luttes étudiantes et plus largement du mouvement social à se solidariser et à réagir à ces tentatives de criminaliser les luttes.

Coordination des Groupes Anarchistes
le 21 décembre 2007
Revenir en haut Aller en bas
Comité J
Invité



MessageSujet: Re: Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)   Mar 25 Déc - 11:18

Deux militants de Sud étudiant Perpignan ont été interpellés à leur domicile dès 7 heures, ce matin. Depuis, ils sont en garde à vue au commissariat de Perpignan. Les accusations portées contre eux sont infondées puisqu’il s’agirait de « vol, dégradation et menaces de mort ». D’après l’avocat des inculpés, ce seraient des enseignant-e-s qui auraient porté plainte directement, pour autant il est probable que les autorités de l’université ne soient pas totalement étrangères à ces accusations.

Ces arrestations révèlent une nouvelle fois la volonté de criminaliser les mouvements sociaux : s’il n’y a aucune preuves pour appuyer ces accusations, les forces de polices ont bien la preuve que les militant-e-s de Sud étudiant luttent depuis longtemps pour une université publique, gratuite et ouverte à tou-te-s.

Nous n’admettons pas que les autorités réservent un traitement de criminels aux syndicalistes.

Ces deux arrestations s’inscrivent dans un contexte global de criminalisation des mouvements sociaux. Le gouvernement, en réformant le droit de grève, cherche déjà à faire passer les cheminots pour des « preneurs d’otages ». Dans les universités, les administrations suivent docilement leur ministre en traitant les grévistes de « terroristes » ou « Khmers rouges ».

Plusieurs grévistes ont déjà été arrêtés dans d’autres villes, dont de nombreux syndicalistes, en particulier de Sud étudiant : à Lyon, Paris, Rennes, Montpellier, etc.

Nous demandons que les deux militants de Sud étudiant arrêtés à Perpignan soient immédiatement libérés. Nous revendiquons la fin des poursuites et l’amnistie de tou-te-s les inculpés politiques des mouvements sociaux.

Fédération SUD-Etudiant
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 09/11/2007

MessageSujet: Re: Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)   Mer 9 Jan - 10:11

Bonjour à toutes et tous, suite à la mise sous contrôle judiciaire de deux étudiants anti-LRU de l'Université de Perpignan, un "Comité Justice pourPierre et Yann" a été crée afin de soutenir les deux militants organisés politiquement à la CGA et syndicalement à SUD-Etudiant. Le Comité a décidé demener une campagne nationale et une campagne locale. Au niveau local, le Comité souhaite que cette pétitionpuisse être un appel à signature à la population et aux personnalités. Ainsi, nous vous envoyons ce"texte-pétition" (texte en pj) afin de le faire tourner auprès de vos adhérent-e-s, sympathisant-e-set militant-e-s... Ce texte-pétition est aussi un appel à signatured'organisation. Si vous souhaitez signer cettepétition et soutenir le Comité Justice pour Yann etPierre, veuillez renvoyer un mail à cette adressemail. Voici la liste actuelle des sorganisationssignataires de la pétition :

- Organisations nationales : Coordination des GroupesAnarchistes, Alternative Libertaire, Sindicatd'Estudiants dels Països Catalans, Les Alternatifs,Brigada Catalana-Veneçolana Alí Primera,Endavant-OSAN, Coordinadora d'Assemblees de Joves del'Esquerra Independentista, Confédération Nationale duTravail-Fédération des Travailleurs de l'Education,Coordinadora Obrera Sindical, Diari Sa Meua, Maulets,Fédération Anarchiste

- Organisations des Pyrénées-Orientales : Groupe PuigAntich (CGA), SUD Etudiant Perpignan, Union localeCNT-AIT de Perpignan, SUD Education 66, LCR 66, L'Artou Cochon, CNT Education 66, Solidaires 66, MauletsRosselló, CNT 66, les Alternatifs catalans, SUDSanté-Sociaux 66, GFEN 66
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lorient-lru.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Criminalisation du mouvement social (PERPIGNAN)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mouvement social: mai 2016
» Mouvement social au ciel
» [EC] Mouvements sociaux, actions collectives
» 2010: Le 23/08 à 05h40 - phénomène à PERPIGNAN - (66)
» Transformation du mouvement?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lorient-LRU :: Mobilisation hors-Lorient-
Sauter vers: